Découverte de la slackline

La slackline est un sport développé par les grimpeurs dans la vallée de Yosemite en Californie, pendant les débuts des années 80. Quand ils se sont lassés de l’escalade, ils ont pris leur sangle en nylon, l’ont attaché sur deux affleurements rochers, et ils ont appris à marcher à l’équilibre sur cette sangle. La slackline s’apparente au funambulisme, mais en utilisant une sangle élastique en polyester et sans les accessoires de stabilisation.

Les matériels utilisés pour la slackline

Le matériel principal pour effectuer la slackline est la sangle. Il y a différents types de sangles sur le marché selon sa matière et ses propriétés physiques (la masse linéique, l’élasticité, la résistance à la rupture, etc.). Des systèmes de tension comme le cliquet et le mouflage autobloquant sous soumis à ces sangles. On utilise des ancrages pour fixer les sangles, les ancrages utilisés sont souvent les arbres, les rochers, les architectures urbains, et les ancrages d’escalades en falaise.

test-slackline

Les différents types de slackline

Au fil du temps, ce sport a évolué et des différents types de slackline a vu le jour selon les figures. Il y a la jumpline qui consiste à utiliser des sangles de faible élasticité pour effectuer des figures acrobatiques. Les sangles moins élastiques permettent de réaliser des sauts de grande amplitude, et les slackeurs optent souvent pour des sangles de 5 cm pour réaliser leur saut.

Il y a aussi le longline, une pratique de la slackline qui se fait sur une longue distance (dépassant les 30 ou 50 cm). Il n’y a pas de distance maximale, seul le slackeur connait ses limites. Cette pratique nécessite beaucoup de pratique, d’équilibre et de force mentale.

Quant à la highline, il s’agit de sangles tendues à une certaine hauteur (qui peut atteindre les centaines de mètres). Cette pratique nécessite un matériel sécurisé. La treeline est une variante de la highline, avec lequel la sangle est tendue entre deux arbres. En raison de sécurité, la highline nécessite un matériel spécifique comprenant un baudier d’escalade, une corde de sécurité appelée leash, des anneaux d’assurage et une ligne de vie appelée backup. Bref, des matériels qui s’apparentent à ceux uriliser lors de l’escalade.

La waterline s’effectue au-dessus d’une surface d’eau, cours d’eau, lac ou rivière. Il faut s’assurer que l’eau est assez profonde et dépourvue d’obstacles dangereux, en cas d’une éventuelle chute.

La spaceline est la connexion de plusieurs slacklines (3 au minimum) pour former un réseau de sangles à traverser.

La rodéoline, quant à elle, s’effectue sur une sangle molle détendue, et plus ou moins en hauteur. La mollesse de la sangle détermine la difficulté de la traversé.

Cependant, il faut bien choisir l’endroit où pratiquer la slackline pour ne pas altérer l’environnement et gêner autrui. Il est idéal de faire cette activité en nature. Cependant si on le fait dans un lieu public, vaut mieux accrocher des rubans de couleurs vives à la sangle pour augmenter sa visibilité. La slackline est non seulement une activité sportive, mais un véritable mode de vie. La slackline peut conduire aux plus beaux endroits de la Terre et fera rencontrer une communauté unie et extraordinaire.